Myriam Toukabri: Latino-oriental de Tunisie à Cuba

Dans les premières notes, j’ai été prise dans ce voyage chaleureux et doux. Bercée par les balancements de la contrebasse, il est vrai que la Tunisie et Cuba partagent le privilège d’être des pays à plage. On croirait que les rayons du soleil entrent dans la créativité, dans la musique. Ici et là la mélancolie est à la fois intense et est chantée à pas de velours, comme une histoire racontée en étant  allongé sur la plage sur fond des bruissements de vagues.

Myriam Toukabri est une chanteuse et auteure-compositrice tunisienne passionnée par la musique latine. Elle s’est initiée à la musique très tôt, auprès d’un père pianiste et jazzman. harmonie magique entre le Oud et la guitare.

Elle reprend des standards cubains et fait un mélange entre l’espagnol et l’arabe.

Avec elle, Cuba et la Tunisie semblent être deux pays voisins

Elle a repris « Veinte anos » Cette chanson est une habanera de 1935. Les paroles ont été écrites par Guillermina Aramburu et la musique composée par Maria Teresa Vera. Elle a été également interprétée par Omara Portuondo, Buena Vista Social Club, Diego El Cigala.

La mélancolie de la mélodie est soulignée par le son grave du oud.

 

¿Qué te importa que te ame
Si tú no me quieres ya?
El amor que ya ha pasado
No se debe recordar
Fui la ilusión de tu vida
Un día lejano ya
Hoy represento al pasado
No me puedo conformar
Hoy represento al pasado
No me puedo conformar
Si las cosas que uno quiere
Se pudieran alcanzar
Tú me quisieras lo mismo
Que veinte años atrás
Con qué tristeza miramos
Un amor que se nos va
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad
Si las cosas que uno quiere
Se pudieran alcanzar
Tú me quisieras lo mismo
Que veinte años atrás
Con qué tristeza miramos
Un amor que se nos va
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad

 

Elle a également repris Dos gardenias. C’est un boléro écrit en 1945 par le compositeur et pianiste cubain Isolina Carillo.

Elle a participé au dernier festival de jazz de Carthage.

Publicités

Lizzie: De la chanson française en mode fado

Elle a une voix qui saisit le coeur. Des mélodies qui tirent les larmes. Des rythmes qui donnent envie de se déhancher.

Lizzie rêvait  devenir Edith Piaf. Elle a écouté en boucle Barbara.

En l entendant, je la pensais portuguaise chantant le genre classique phare du Portugal: le fado.

Et non .

Elle a découvert le fado en regardant la télé documentaire sur Lisbonne où il y a du fado.

Après un projet fado, elle a réalisé son premier album mêlant folk, chanson française et fado

Mélancolie, tristesse, rêverie, la douleur et la douceur , cette « épine amère et douce » comme le dit la diva Amalia Rodriguez, « Je navigue » « saudade » des titres qui donnent envie de fermer les yeux et de se laisser bercer.

Originaire d’Avignon, la chanteuse a sorti en 2015 un disque autoproduit de 10 titres en Français, Portugais et un titre en Anglais. C’est « Navigante »

Du Baudelaire mêlée à l’ambiance blues portugais avec le titre l Albatros

Elle a été lauréate de plusieurs prix dont le premier prix du tremplin des voix 2016, premier prix de la chanson de café de Pornic. Elle a été également demi-finalite du prix Georges Moustaki 2016.

Bilan culturel de janvier 2018

  • Le spectacle du mois: Justice

Ecrit par Samantha Markowic, mise en scène par Salomé Lelouche, le soir où j’y suis allée c’était Naidra Ayadi, Camille Chamoux, Camille Cottin et Samantha Markowic qui était sur scène.

De la première seconde à la dernière; on est pris par le tourbillon de la machine judiciaire.

Les accusés passent les uns par les autres. Les comédiennes changent de rôle: accusés, juge, policier, substitut du procureur.

Portrait d’un système qui ne juge uniquement les faits, pas les circonstances, pas les pourquoi. Tout type d’affaire: vol, terrorisme, discrimination ect.

A cet instant là le monde bascule. Les accusés ne sont plus maîtres de leurs destins. D’autres décident. Prison ou pas? Comparution immédiate ou pas?

Ce policier qui fait remarquer qu’il faut un temps fou pou réaliser un dossier au service de la justice. Celle ci passe ensuite à une vitesse de la lumière.

Les dossiers sont un élément fondamental du décor. Ils grandissent. Ils envahissent.

Un spectacle utile, engagé, pertinent qui offre ce temps de réflexion sur notre justice.

Aucunement fastidieux. L’écriture de spectacle s’est nourri d’observations issues de la réalité. C’est une sorte de reconstitution théâtrale de la justice.

Les comédiennes sont excellentes.

Infos et réservation pour Justice sur le site Théâtre de l’Oeuvre

  • La chanteuse du moi: Garance.

J’avais vu son affiche au théâtre l’Essaïon où elle y chante. Mais ne vivant pas sur Paris, je ne pouvais pas assister à un de ses concerts. Néanmoins j’étais curieuse de la découvrir.

Au premier abord, un talent de mélodiste, une jolie voix fine et pas mal de chose à raconter sur le monde, la vie et l’amour avec humour . Elle me rappelle un peu Lynda Lemay. Je vous poste mes deux chansons préférées d’elle. Bonne écoute.

Pour la voir sur scène,  c’est tous les mercredis soirs au théâtre Essaion jusqu’au 21 février

Infos et réservation sur le site du théâtre Essaion

  • Le livre du mois: Los ninos de Sabine Tamisier.

L’humanitaire au théâtre.

Lire la critique de Los niños de Sabine Tamisier sur ce blog

Bilan Culturel Décembre 2017

Révélation acteur et metteur en scène: Philippe Nicaud

J’ai vu sa pièce « Le quai des brumes » au théâtre Essaion. C’est une adaptation du scénario du film culte. J’ai été prise par l’intensité du jeu. On sent vraiment l’ambiance très serrée des ces rivalités pour une femme.

Quand Philippe Nicaud joue, il y a vraiment un univers avec lui. On sent le vécu du personnage.

En savoir plus sur Philippe Nicaud

Le Quai des Brumes est joué au théâtre Essaion jusqu’au 14 janvier

Info sur le site du théâtre Essaion

Le film du mois: Le brio d’Yvan Attal

Un prof de droit très droite et une fille de banlieue…

A vue de loin le synopsis peut faire craindre un film à clichés. Mais c’est un cliché… La force du film est justement d’arriver à ne pas tomber dans les clichés. A être dans la nuance.  Je trouve les scènes sur l’éloquence belles originales. Un mélange théâtral et cinématographique.

Une belle réflexion sur la mixité sociale, l’éducation, la société.

La chanson du mois:

Lire: Tes cartes sont un vin: Miguel Hernandez par Sole Gimenez

 

 

 

 

 

Tes cartes sont un vin: Miguel Hernandez par Sole Gimenez

Repérée par mes oreilles voyageuses dans la radio espagnole, je suis prise par l’interprétation émouvante de Soledad Gimenez aussi appelée Sole Gimenez.

Ce titre est partie intégrante d’un album hommage à un des plus grands poètes espagnols Miguel Hernandez mort il y a 75 ans d’une tuberculose en prison.

Accompagnée par une guitare, la mélodie et l’interprétation expriment bien la passion décrite dans ce poème  » Tus cartas son vino ».

Tus cartas son un vino
que me trastorna y son
el único alimento para mi corazón.

Desde que estoy ausente
no sé sino soñar,
igual que el mar tu cuerpo,
amargo igual que el mar.

Aunque bajo la tierra
mi amante cuerpo esté,
escríbeme, paloma,
que yo te escribiré.

Cuando me falte sangre
con zumo de clavel,
y encima de mis huesos
de amor cuando papel.

Tus cartas apaciento
metido en un rincón
y por redil y hierba
les doy mi corazón.

Coups de coeur novembre 2017

Révélation comédienne:

Marta Corton-Vinals

Je l’ai découvert sur la scène du théatre Laurette à Paris dans la pièce Huis clos de Jean Paul Sartre mis en scène par Isabelle Erhart

Marta Corton-Vinals a une magnifique voix grave . Du charisme. J’ai surtout aimé cette belle voix grave.  Formée au conservatoire du XX ème arrondissement. Vous pouvez la voir dans cette démo trouvée sur internet:

Découverte chanson: Aigre-doux

Ecrite par Jean Felzine et interprétée par Carmen Maria Vega

« Je ne sais pas d’où vient cette chanson
Ce thème aigre doux me brûle au fond
Il ne m’en reste que quelques bouts
Mais ils me blessent plus fort que tout. »

Le texte, la mélodie et l’interprétation sont magnifiques et me donnent la chair de poule.

Carmen Maria Vega est une grande interprète. De Mistinguett à Boris Vian ou ses auteurs , elle incarne ses chansons. Elle  diverge dans la conception d’interprète avec celle de Juliette Gréco. Pour cette dernière, interpréter c’est servir le texte d’un auteur. Pour Carmen Maria Vega, c’est s’accaparer un texte au point de faire oublier l’auteur. A chacune sa voie.

Le spectacle du mois:  Et pendant ce temps, Simone veille:

A lire:

Et pendant ce temps, Simone veille : L Histoire des droits des femmes avec rires et chansons

Premier roman du mois:  « Belle merveille » de James Noël:

 » Je ne t’accuse pas, ne t’accule, mais nos morts, nos remords restent sans pardon devant tes errements d’insecte trop  bête en l’air »

« Voleur, voleur, suspends ton vol »

« Un intello, ancien compagnon du Che, demande qu’on place Haïti comme « pupille de l’humanité ». La révolution n’ a pas eu lieu, plus personne n’écoute le guérillero »

« Belle merveille » publié chez Zulma est un roman poétique.

Avec une écriture fine, James Noël donne un regard très humain sur  Haiti. On est loin des chiffres froids. Les victimes du séisme ont des histoires

Le blog de James Noel

De Coleman à Albert King, un ciel pleurant qui donne des frissons

C’est une superbe reprise du standard blues « The sky is crying » par Gary B.B Coleman .

L’arrangement est mit au service de la mise en scène de l’ambiance. Evoquer ce ciel pleurant qui fait écho à la blessure interne qui éclate dans la voix.

 

 

Ce standard blues a été écrit en 1959 par Elmore James. Il a eu plusieurs reprises

Version Albert King

 

 

Version Stevie Ray Vaughan

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑