La geisha et le joueur de banjo: premier roman réussi de Jérôme Hallier

Palpitant, passionnant,charmant parfois glaçant divertissant.

Un mix de roman historique d amour et de conte.

Image

Le récit est construit sur une alternance d’histoire de trois personnages O mia geisha joueuse de Shamisen  Tommy américain joueur de banjo et Léon Azoulay anthropologue

On voyage entre Gion Kyoto Paris et New York.

Le roman traite des sujets de la musique du théâtre de l amour des libertés des femmes.

Les personnages  sont entiers fougueux. Certains sont marqués par des épreuves.Ils vont se croiser à l’Exposition universelle à Paris.

L’histoire est très rythmée. L’écriture coule dans la fluidité. C’est un vrai plaisir de lecture.

« Tu dois maintenant apprendre à jouer pour toi-même, sans te soucier de ce que pensent ceux qui t’écoutent.
Quelle est pour toi la plus belle des musiques ?
Tommy, soulagé de voir Benjamin Flammes loin du vide, répondit :
– C’est le son du fleuve Ararat, à Mount Airy
-Crois-tu que le fleuve se soucie de ce que pensent les poissons? C’est un des mystères de la musique : si tu joues pour les autres, ta musique ne plaira à personne. Aime ta musique et les autres l’aimeront  »

J’ai découvert l’artiste japonaise Saddayako.

Cette lecture est une vraie évasion

J aurai bien aimé assister à la conférence de ce Leon Azoulay qui a fait une collecte de portraits sonores lors de l’ Exposition universelle de Paris.

Ravie d avoir découvert ce premier roman de Jerôme Hallier .
C est quand le prochain?

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :