Un loup pour l’homme: Brigitte Giraud raconte la guerre d’Algérie: une vraie guerre

C’était une vraie guerre. Avec des vraies armes, des vrais blessés, des vrais morts.

Ils n’y allaient pas pour prendre des vacances au bord de la mer;  ils n’allaient pas juste faire « respecter l’ordre ».

Le dernier roman de Brigitte Giraud raconte la vie de ces appelés en Algérie.

Des gens qu’on arrachait à leur jeunesse. Leurs projets sont mit à l’arrêt.

Avec le personnage d’Antoine on découvre l’envers de ce qu’on appelle les événements d’Algérie.

La guerre à nouveau avec ces départs, ses séparations

« C’est violent d’aimer dans ces moments-là. Il envie les célibataires, il envie ceux qui n’ont pas connu l’attachement. »

« Quelle connerie la guerre » disait l’autre.

« Il n’a rien décidé de ce qui est en train d’arriver, mais il est trop tard, il sent comme le bateau l’emporte vers cette vie qui dérive »

 On envoyait des jeunes dans une guerre alors qu’on émettait l’hypothèse de l’abandon.

On obligeait des gens à aller faire la guerre pour quel sens?

C’est ce décalage entre ce flottement et la violence du terrain qui secoue.

Dans une interview donnée à Rue 89 , Brigitte Giraud dit souhaiter un « débat plus large ait lieu autour de ces questions, parce qu’on vit dans un pays où français et français d’origine algérienne vivent séparés, il faut quand même le dire. J’ai l’impression qu’on est prêt pour ça. La preuve, c’est qu’en cette rentrée plusieurs livres traitent de ce sujet et aucun ne le fait de la même manière. »

Dans son précédent roman « Nous serons des héros » il y avait déjà une forte figure du père et une légère évocation de l’Algérie.

Lire la critique « Nous serons des héros » sur Babelio

« Je pense être devenue écrivain pour écrire ce livre. Sur ma carte d’identité, il est écrit « née à Sidi-Bel-Abbès, Algérie » et ce mot, Sidi-Bel-Abbès, est devenu quelque chose de très intime. »

Interview sur Rue 89

Critique sur culture box

Emission sur France Inter avec Brigitte Giraud 

Dès que j’ai su que Brigitte Giraud sortait un nouveau roman, je l’ai toute suite acheté. J’avais eu un gros coup de coeur pour « Nous serons des héros ».  J’ai retrouvé sa belle écriture capable de raconter avec douceur des choses pourtant violentes. Et ses phrases percutantes.

Je ne suis pas du tout surprise que ce roman soit sur des listes de prix.

Sa qualité et sa pertinence.

J’ai été émue de découvrir cette histoire. Un témoignage nécessaire et utile pour combler les silences des mémoires.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :