Barbara Weldens: une Brel féminin partie trop tôt

legrandh1-300x272
J’ai écouté son album . J’ai trouvé qu’elle a une puissance émotionnelle grande. Ses mots, sa voix.
Voyant qu’elle n’a sorti qu’un album je me suis dit peut être qu’elle sera programmée aux primeurs de Massy.
Elle n’a pas eu le temps.

Elle est décédée sur scène le 19 juillet 2017 électrocutée
Tristesse, regret.
D’une famille de cirque, Barbara Weldens raflait sur son passage de nombreux prix:
GRAND PRIX RÉVÉLATION SCÈNE de l’Académie Charles Cros décerné à la Maison de la Radio (Paris) le 24 novembre 2016
LAURÉATE TREMPLIN JACQUES BREL 2016 (VESOUL)
LAURÉATE PIC D’OR 2016 (TARBES)
Prix du Public
Prix FrancoFans
Prix Charles Cros
LAURÉATE TREMPLIN PAUSE GUITARE (ALBI)
Faut dire qu’elle a un talent fou. Ses chansons et son interprétation donnent les frissons. Grande fan de Jacques Brel, on y sent de l’influence dans sa façon de dire les mots, dans les crescendos.
La féminité est le thème centrale de ce premier et unique album. Premier et dernier album à la fois.
De la passion de l’envie de liberté font tanguer des chansons d’amour magnifiques déchirantes.
L’amour protecteur  comme dans  Du pain pour les réveille-matin
Mais aussi l’amour prison comme dans  Je ne veux pas de ton amour
“C’est une sorte d’ovni en son art, rebelle à tout étiquetage. On parlera à son propos tant de chanson réaliste, expressionniste, de punk, de rock. De lyrique aussi.”
Nos Enchanteurs
“Weldens, une sorte d’ovni de la chanson, un phénomène vocal, une force et une énergie phénoménale. Un personnage étonnant. Elle chante pieds nus, mais apporte, sur la scène, une paire de chaussures rouges à talon haut. Silhouette androgyne aux bras musclés, c’est une tornade sur scène. Avec des textes intenses, sa chanson est un cri, souvent déchirant.”
Hexagone
Chaque fois que je l’écoute, j’enrage contre le destin. Une étoile filante de la chanson partie trop tôt.
On ne saura à jamais quelles belles oeuvres elle aurait pu créer. A jamais de quoi nous sommes privés.
Putain d’orage…Il n’y a pas que les camions qui emportent les artistes.
L’orage ce n’est pas qu’une joie de Brassens, ce n’est pas seulement Cupidon, non plus le coup de foudre mais hélas les ciseaux du destin qui coupent le souffle de la vie
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :