La Femme: Chanter en douceur l’amertume

De la chanson littéraire se défoulant dans une ambiance psychédélique,  la Femme va des blessures amoureuses au questionnement du monde,  de poésie amoureuse au dadaïsme.  Le groupe se réclame également de l’influence de Boris Vian

Des mots brefs. Une écriture bien rythmique.  Une voix  épurée. Un rythme dansant.

Des blessures et des révoltes chantées dans la douceur. C’est le contraste saisissant de l’oeuvre de la Femme.

Toutes palettes de l’amour sont dessinées

L’émotion d’une belle rencontre dans  » Tatiana »

Je veux te voir, je veux t’avoir  New York dans le night club tu t’es rapprochée de moi
Je n’vais pas oublier le contact de ta peau, ton sourire et ton rire
C’est comme si on se connaissait déjà

 

La séparation après avoir trompé, les regrets ne font rien.

A l’heure qu’il est je suis dans un train
Très loin, loin de toi et c’est beaucoup mieux comme ça
Moi je ne veux plus étouffer au contact de tes cheveux
(Nous étions deux)

 

Réconfort pour un chagrin d’amour

Tu aimerais la savoir chez elle à penser encore à toi
Tu espères qu’un jour elle reviendra en rampant dans tes bras
Arrête de perdre ton temps, il y en a tellement qui rêve de toi
Elle t’a peut-être déjà aimé mais là elle s’est lassée,
(Elle ne t’aime pas)
Une balade pour crier l’amertume

D’autres textes sont trempés par une écriture surréaliste

Les bobos en terrasse
Et les quequeteux de première classe
J’suis pas une bimbo
Bébé, tu me fais une dédicace
Tu vois j’envoie bouler tous les boulets
Qui me prenne pour un beau lot
Beaucoup s’imposent dans les ré-soi
Pour faire tomber la piste
Ils dramatisent tu sais,
Exorciseuse
Jeune vierge
À peine majeure
S’en va t’en guerre
Dans le désert
Mais avant que tu t’en ailles je veux te dire
Dans les yeux
Adieu
Et si un jour tu reviens
Je serai heureux

(Psyzook)

Le questionnement du monde
 Coup de coeur pour le texte Le chemin.
Poétique . Elle tranche avec l’espoir.
Et tu verras la lumière s’allumer au loin
Demande la route à ton prochain
Le soleil te montrera la voie qu’il faut prendre
Et il te guidera vers ton destin
On ne sait jamais quand la nuit se termine
Mais on sait que le soleil se lèvera toujours
Toi qui cherches en vain la main de ton prochain
Regarde un peu autour de toi et tu verras
La main de ton copain n’est pas si loin
« Regarde un peu plus loin sur ton chemin
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :