Noces: entre lois belges et coutumes pakistanaises

Zahira, tu ne peux pas garder cet enfant. C’est comme ça.  Zahira, tu dois te marier c’est comme ça. Tu as de la chance, on te laisse le choix sur trois garçons que tu peux voir sur ces photos. Ils vivent les trois au Pakistan. Tu peux les appeler par Skype pour affiner ta décision.

Zahira, tu vis en Belgique. Mais les lois qui s’imposent à toi sont celles de nos coutumes.

Tu paieras cher si tu choisis ta liberté.

Voilà dans quelle prison se débat Zahira, l’héroïne du film « Noces » écrit et réalisé par Stephan Streker. Entre son désir de liberté et le patriarcat lui interdisant de mener sa vie comme elle l’entend.

Le frère  fait l’entremetteur entre les parents et sa soeur. Un débat agite l’histoire: le choc des cultures, le conflit de générations.

Cette cohabitation entre vie en Belgique et traditions pakistanaises questionne.

La considération des femmes méprisée au nom de l » honneur, au nom des apparences.

Le corps des femmes appartient à la société. Les femmes n’ont pas leur mot à dire sauf à se rebeller.

Le film révèle une actrice: Lina El Arabi

Le réalisateur s’est inspiré de la dimension tragédie grecque d’un fait divers.

Un film sensible sur  un sujet délicat qu’il ne faut pas taire.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :